Autonomie et liberté intérieure

L’autonomie requiert la liberté intérieure.

La liberté intérieure, à son plus haut niveau, est la réalisation du soi, l’état de fusion avec l’unique soi. L’absence de liberté intérieure, en revanche, à son plus haut degré, est la soumission inconditionnelle à un système politique ou spirituel qui s’arroge le droit de contrôle absolu des individus qu’il domine. Un tel système peut apparaitre dans la forme d’une religion d’état, secte, système politique fasciste ou encore dans la personne d’un gourou fanatique. Il peut aussi venir de notre propre subconscient, en forme d’un archétype dominateur qui se superpose au psychisme.

En tout cas il est vrai que rien dans la vie ne nous tombe dessus. Cela veut dire que la liberté extérieure ne peut s’acquérir sans la liberté intérieure. La liberté intérieure prend son début dans la découverte de notre désir profond, de ce que nous désirons véritablement faire de notre vie, de ce que, au fond de notre cœur, nous considérons comme notre vocation.

Cette prise de conscience est à son tour le début de la vraie connaissance de soi; elle est la première porte qui s’ouvre sur un vaste terrain à découvrir, et c’est en même temps la porte principale qui nous fait sortir du labyrinthe éternel de l’ignorance humaine et de l’aliénation de soi. Tant que nous ne savons pas qui nous sommes, nous nous laissons imprégner par l’êtreté des autres. Une telle aliénation mène, surtout au niveau spirituel, à la dépossession plus ou moins totale de notre propre potentiel de lumière, de richesse intérieure et d’abondance. Continue reading